Portrait d’Olivier Blin: directeur du Théâtre de Poche

Olivier Blin

Olivier Blin est un enfant du Théâtre de Poche comme il aime se définir. Depuis un an, il en est devenu le directeur. Tous les jours, il façonne le théâtre de ses idées, de ses envies, de ses projets tout en douceur avec justesse et humilité. Le Théâtre de Poche est un théâtre engagé où règne une belle convivialité quand les ombres naissent et les histoires qui vont avec.

J’ai appris que vous aviez étudié « Journalisme et Communication »… Comment passe-t-on du métier de journaliste à celui de Directeur de Théâtre de Poche ?

Pour moi, ce n’est qu’une question de rencontre qui induit les questions de disponibilités. Tout est une succession de choses…j’ai fait des études de Journalisme qui m’ont amené à couvrir le conflit en ex-Yougoslavie juste à la sortie de mes études. C’est là qu’à l’âge de 22-23 ans, j’ai appris ce que c’était un camp de réfugiés. Une militance épidermique, plus qu’intelligente, a fait que j’y suis restée via une association qui s’appelait « Cause commune ». On amenait de la nourriture dans les camps et j’étais logisticien et j’ai fait ça pendant un bout de temps. Pour arriver au triste bilan que les guerres font des réfugiés et que dans les camps plus ou moins bien organisés, on voyait une première génération de réfugiés naître. J’étais mal à l’aise avec ça…J’avais 22 ans, je voulais que tout se règle tout de suite probablement et encore mieux être au rouage de cette solution ! En discutant, un jour, avec un professeur d’université, ce dernier m’a dit :  “Amène de la culture alors, car ce sera une fenêtre ouverte de l’un sur l’autre qui aura comme signification « on ne vous oublie pas, on est là »”. Et c’est de là que j’ai commencé à amener des spectacles… Cette expérience m’a apporté l’idée d’un théâtre d’utilité générale…

Le Théâtre de Poche était un lieu où j’allais adolescent, il était tout près de l’université, mais c’est surtout ici où j’ai eu ma première vraie sensation de théâtre. J’avais eu le flash pour une pièce et j’avais l’impression que le théâtre était un art qui me parlait. C’était énorme de vivre ça à 15 ans surtout quand on n’est pas baigné dans une éducation encline à l’art et la culture…

Plusieurs années après, cela me semblait tout à fait naturel de venir parler de mon spectacle avec eux et de voir si une dynamique de coopération artistique pouvait se réaliser. Et j’ai été super bien reçu ! Et c’est de là que ma collaboration avec le Théâtre de Poche est née.

olivier blin Et puis il y a eu la Charge du Rhinocéros…

Oui… Vous savez c’est un peu comme une histoire de cuisine…quand on a l’impression de plusieurs fois goûter le même plat, on a envie de créer un autre plat…et on se dit « je le ferais bien moi-même… »… C’était mon état d’esprit après 12 années de collaboration avec le Théâtre du Poche…et d’une aventure vraiment magnifique avec des compagnons de route incroyables…J’avais le goût d’aller autre part, de mettre sur le plateau des gens de chez nous, des gens d’ailleurs… J’ai donc créé la Charge du Rhinocéros qui existe toujours…Et nous avons d’emblée créé un festival à Haïti – Port-au-Prince…je pense que nous avons été assez loin dans les choses que nous avons créées…et il y a eu autant de spectacles comme de moments forts.

Et comment le passage de la Charge du Rhinocéros à la direction du Théâtre de Poche s’est-il effectué ?

Même si la Charge du Rhinocéros était une aventure super, j’avais quand même la frustration de ne pas avoir un lieu et de devoir être systématiquement dans le fantasme des autres. J’ai entendu que la place du directeur se libérait, j’ai postulé et j’ai eu le bonheur d’être choisi par le comité de direction. Cette opportunité me permet de faire du théâtre plus facilement et pouvoir donner un écho direct de la parole de ces artistes à plus de monde. Je me sens super à l’aise dans cet endroit puisque j’y avais travaillé durant une bonne dizaine d’années auparavant… L’impression d’être vraiment un enfant de la maison. Je ne suis pas arrivée à 50 ans directement comme directeur…je suis vraiment né ici à coup d’anecdotes plus croustillantes les unes que les autres.

theatredupocheQuelle est ta vision pour cette saison-ci ?

Quand je vois tous les artistes qui peuplent la saison, je pourrais tous les réunir autour de la table et ça ferait une mosaïque incroyable…ce serait un beau bateau…sur le sens de l’engagement, de la présence, de la fraternité … Pour cette saison, il y a 9 créations qui ont vraiment de la matière à débat sur des choses très contemporaines…pouvant être polémiques parfois… Ce sont des spectacles qui font « état de… », mais qui prennent position…des positions progressistes. Il y a une chose également qui pour moi est importante et qui sera présente tout au long de cette saison c’est la convivialité. J’aime que la lecture d’un spectacle ne nécessite pas forcément de grandes connaissances des codes théâtraux…j’aime que le spectacle puisse s’imposer comme ça…puis j’adore quand la convivialité se poursuit au bar du théâtre et que les gens prennent place de cet espace…Ce qui n’a jamais changé dans l’histoire du théâtre c’est que nous faisons de jolies fêtes…

Un rêve un peu fou que tu voudrais réaliser ?

Oui, je voudrais faire grandir physiquement le théâtre. J’aimerais qu’il ait une salle supplémentaire. Les architectes qui ont pensé le lieu, ont créé les plans pour que ce soit possible… sur le toit. On pourrait donc construire une salle sur les toits et on pourrait la dédier à d’autres genres de spectacles par exemple des témoignages… J’adore les histoires des gens…Je suis une bonne oreille…J’ai toujours trouvé ça passionnant…un mandat de directeur de théâtre c’est 5 ans, je peux faire deux fois 5 ans…donc j’espère sortir de là avec une deuxième salle (rire)

Plus d’infos ?

www.poche.be