Isabelle Arpin, quand la cuisine devient poésie.

Isabelle_arpin

Isabelle Arpin, c’est la super-cheffe en vogue que tous les médias s’arrachent, mais c’est aussi la copine que tout le monde rêverait d’avoir. Elle est tour à tour drôle, posée, enjouée. Malgré l’engouement médiatique, elle reste vraie, d’une sincérité touchante. Isabelle Arpin excelle au Louise 345 où nous l’avons rencontrée. Un endroit calme et lumineux qui vous offre un moment hors du temps.

Vous avez grandi dans le Nord-Pas-de-Calais, quel souvenir en gardez-vous ?

Isabelle_arpin

J’ai eu une belle enfance, j’en ai que des bons souvenirs. Je sais qu’il y a des gens qui n’ont pas eu une enfance heureuse… Ce n’est pas mon cas. J’ai adoré être petite. C’était la campagne, les chevaux, les copains, la pension … J’ai bien aimé le Nord ! Je faisais de l’équitation dans un club près de chez moi. J’étais presque tous les jours au manège. Si ce n’était pas l’école, c’était les chevaux ! Puis avec le temps… Je suis partie à Paris et j’ai moins monté. Maintenant, j’ai peur de me blesser… C’est un peu idiot…mais vu le travail que je fais si je fais une chute de cheval, ça peut être vraiment problématique. Quand on est jeune, on n’a pas cette angoisse. On est insouciant ! On tombe, on se relève, on remonte…Ça m’arrive de monter quand je suis en vacances, mais je ne fais plus de saut d’obstacles.

Vous avez fait des études en finance. Comment passe-t-on de la finance à la cuisine ?

Isabelle_arpin

C’est un ami qui avait un restaurant dans le nord de la France. À l’époque, je faisais mes études sur Paris et j’étais rentrée pour les vacances d’été après ma 4ème année. Il m’a demandé de l’aider et je ne suis plus jamais sortie de là. C’était improbable d’autant que je n’avais aucune affinité pour la cuisine à la base. Ça m’est tombé dessus du jour au lendemain ! Ça me plaisait…ça avait l’air d’être un beau métier, un métier créatif…il fallait donner beaucoup de soi-même et je trouvais ça sympa…plus que les chiffres et être derrière un ordinateur à faire des bilans ! J’ai fait ensuite une école hôtelière en France et puis quelques stages et après je me suis installée à Ostende où j’ai vécu longtemps ! J’adore cette ville : son atmosphère, sa luminosité … J’adore vivre à Bruxelles pour d’autres raisons ! C’est speed, mais ce n’est pas Paris ! Il y a beaucoup de rencontres et de cultures différentes et j’aime ça ! L’ambiance me rappelle un peu celle de Paris. Je rencontrais aussi cette même sphère faite d’artistes, de gens de la mode, … C’est un entourage stimulant !

Vous êtes justement la marraine du cercle BEABEE créé par Béa Ercolini et Dominika Herzig

Isabelle_arpin

Oui ! Je suis la marraine de BEABEE ! J’adore ! Je fais les repas quand il y a des personnalités qui sont invitées et qui donnent des conférences ! J’aime bien adapter ma cuisine à chaque fois au thème et à la personnalité invitée. On a fait Charles Kaisin cette semaine et fin décembre c’était Blanche de Richemont. C’est une philosophe aventurière qui a énormément voyagé et qui a vécu dans le désert, en Inde…J’avais adapté tout le menu à ses voyages. La semaine prochaine, on a Sarah Baatout, c’est une scientifique qui est en train de préparer une mission sur Mars. Elle fait plein de tests en Antarctique. Je trouve ça fabuleux ! Donc, là je vais adapter le menu à sa personnalité ! Je fais des recherches sur internet sur ses travaux…J’ai lu qu’elle était occupée à travailler sur la spiruline pour l’oxygène, puis il y a Mars…il y a la couleur…donc je ne sais pas encore, mais je vais probablement faire une planète…dans un éclat ou en dessert…Mais j’adore ! C’est vraiment un challenge ! Je n’aime pas la routine, j’ai tendance à vite m’ennuyer donc ce genre de chose me motive d’un point de vue créatif !

En regardant le reportage sur ARTE qui vous a été consacré, j’ai été très émue par la relation que vous aviez avec l’équipe du restaurant Alexandre où vous exerciez à l’époque.

Isabelle_arpinOui toujours ! Cette équipe-là, c’était particulier… Car ce que nous avions réalisé à ce moment-là… je considère ça, parfois, comme un exploit ! Tout le monde était tellement dispersé, tout le monde était à une période de sa vie particulière…et quand on a eu l’étoile c’était tellement improbable… Pas par rapport au travail qu’on faisait, car on a beaucoup travaillé… On ne s’y attendait pas et c’était génial ! C’était la reconnaissance totale ! J’étais très heureuse pour eux pratiquement plus que pour moi (rire) ! Je ne les perds pas de vue. On se voit toujours pour la plupart ! Il y en a qui m’ont rejoint ici, qui sont avec moi…dont Sina ! Lui, il ne me quitte pas (rire ) ! Je reste en contact avec les autres et on se retrouve souvent pour des événements comme culinaria ou dinner in the Sky…j’essaye de les prendre avec moi ! On se remet alors dans une ambiance de travail comme avant et on adore tellement ça ! C’est une complicité qu’on a et qui ne part pas…

Comment êtes-vous arrivée au Louise 345 ?

Isabelle_arpinJe suis venue à une soirée, un afterwork, un lundi soir… C’était l’été, le jardin était ouvert… C’était splendide ! On ne se croyait pas à Bruxelles, on aurait cru être dans un endroit secret ! Et puis, je suis revenue et j’ai fait un événement à la demande du propriétaire. Puis, on a commencé à discuter…et nous sommes tombés d’accord ! J’adore l’endroit… C’est plus un concept que seulement un restaurant ! Il y a une atmosphère qu’il n’y a pas ailleurs ! On a l’impression d’être invité chez quelqu’un… ça n’a pas l’âme d’un restaurant. Il y a des chambres, en bas un boudoir … C’est hyper chaleureux, j’aime beaucoup ! Pour le menu, j’ai carte blanche et j’ai également la possibilité de faire de l’extérieur si j’en ai envie ! C’est parfait !

Qu’est-ce qui vous inspire pour la création de vos plats ?

Isabelle_arpinÇa peut être n’importe quoi (rire) ! Quelque chose que je vois dans la rue qui me donnera une idée pour le design de l’assiette. Pour les goûts, je pense qu’avec l’expérience et le temps, j’en ai beaucoup en tête…L’assemblage se fait donc dans mon imaginaire ! Je sélectionne les produits principaux pour les plats et après j’essaye de voir ce qui va se marier avec… L’inspiration me vient quand je vais dans tel marché, que je regarde les épices ou les produits asiatiques… Je vois des choses et j’imagine les associations. C’est beaucoup de feeling, d’instinct. Les recettes de base, je les ai et c’est de la base que j’ajoute les petites notes qui font que c’est moi. Après je ne veux pas répertorier toutes mes recettes…Sinon on se répète ! Car si tout était répertorié, on aurait tendance à aller les rechercher. Or quand on ne les a pas, on est obligé d’être créatif, de faire de nouvelles choses à chaque fois. Même si après, les recettes peuvent se ressembler, on y aura apporté l’un ou l’autre élément en fonction de notre évolution aussi parce qu’on aura fait un voyage comme ça ou comme ça…Quand on voyage, on découvre de nouveaux produits et on stocke leurs saveurs. Et puis, il suffit de les voir à nouveau pour que cela resurgisse et l’idée naît !

Isabelle_arpinUn rêve un peu fou que vous voudriez réaliser ?

J’aimerais bien faire des dîners, mais complètement dingues ! Des repas insolites dans des endroits insolites ! Des événements hyper créatifs et originaux ! Ça me plairait énormément !

 

 

Isabelle_arpinPlus d’infos ?

Isabelle Arpin : Facebook 

Restaurant Louise 345

Avenue Louise 345
1050 Bruxelles

www.louise345.com