Le Top 10 des films de Noël

films-noël

Oh! Oh! Oh! Entendez-vous ces gais carillons? La nuit a revêtu ses beaux habits de lumières! Les enfants surexcités courent dans tous les sens! Les magasins sont envahis par une foule de quidams en quête du cadeau idéal qui fera tant plaisir à Mamy! Et ça se bouscule et ça s’agite et ça s’énerve parce que la dinde farcie va refroidir… Stop! Arrêtez-tout! On respire, on se pose devant son écran et on regarde des films de Noël. Voici notre sélection dans un Top 10 qui sent bon la tartiflette et le vin chaud.

 

10. Le Pôle Express (Robert Zemeckis, 2004)

Même si ce film nous rappelle combien les techniques d’animation ont évoluées depuis lors, ce conte de Noël est empreint de magie.

Un jeune garçon qui se met à douter de l’existence du père Noël monte dans un train mystérieux en partance pour le pôle Nord. À mesure que le Pôle Express s’enfonce dans des contrées enchantées, l’aventure est au rendez-vous et les jeunes passagers prennent conscience de l’étendue de leurs dons.

Petit clin d’œil : le passage où le héros tire le sifflet du train et lance “J’ai voulu faire ça toute ma vie !” est une référence à “Retour vers le futur 3” (signé aussi Robert Zemeckis), où Doc fait de même.

9. Joyeux Noël (Christian Carion, 2005)

1914, la déclaration de guerre jette des millions d’hommes dans la bataille. Nikolaus Sprink, un célèbre ténor de l’Opéra de Berlin, est mobilisé du côté allemand. Il laisse derrière lui sa maîtresse, la soprano danoise Anna Sörensen. En Ecosse, Jonathan et son frère William quittent leur village natal en compagnie du prêtre anglican de leur paroisse.

Basé sur des faits réels, le film retrace une trêve de Noël sur le front franco-allemand. Une belle histoire de paix et de fraternité.

8.Elfe (Jon Favreau, 2003)

Le soir de Noël, le petit Buddy profite du passage du Père Noël dans son orphelinat pour se glisser dans sa hotte. Élevé par les elfes dans le royaume magique du père Noël, il passe son enfance à chercher sa place. En grandissant, son âge et sa taille commencent à poser de réels problèmes au Pôle Nord. Le doyen des elfes lui apprend alors que son père, qui ne sait rien de son existence, vit à New York.

Comédie familiale enfantine délirante, “Elfe” permet à Will Ferrell de déployer son humour et sa folie dévastatrice.

7. Love actually (Richard Curtis, 2003)

En cette veille de Noël, l’amour est partout, mais souvent imprévisible. Pour le nouveau Premier ministre britannique, il va prendre la forme d’une jeune collaboratrice. Pour l’écrivain au coeur brisé, il surgira d’un lac. Pour le témoin de mariage de son meilleur ami, pour ce veuf et son beau-fils, pour cette jeune femme qui adore son collègue, l’amour est l’enjeu, le but, mais aussi la source d’innombrables complications.

Une des scènes cultes de “Love Actually” s’est révélé un véritable enfer pour Hugh Grant! Il s’agit du moment où ce dernier doit se déhancher sur “Jump” des Pointer Sisters. L’acteur redoutait tellement cette danse qu’il n’a cessé de demander au réalisateur de postposer son tournage. Pour finir, elle fut tournée le dernier jour. Mais si cette scène se révèle être un mauvais souvenir pour Hugh Grant, elle s’est très vite érigée au rang de scène culte pour bon nombre de fans. Jugez plutôt…

6. La vie est belle (Franck Capra, 1946)

C’est un merveilleux conte de Noël, se basant sur l’importance de l’amitié. Georges Bailey est un homme très apprécié dans sa ville. Le soir du réveillon, il se rend compte qu’une importante somme d’argent qu’il doit remettre à un rival corrompu a disparu. Craignant le désastre, il envisage de mettre fin à ses jours, quand un ange lui apparaît et montre tout ce qu’il apporte autour de lui.

Petite anecdote : À l’occasion de ce  tournage, la RKO testa une nouvelle neige chimique pour le film basée sur un mélange de neige carbonique et de corn-flakes écrasés

5. Miracle sur la 34ème rue (Les Mayfield, 1994)

Il existe deux versions de ce film. La première a été réalisée par George Seaton et date de 1947. La seconde par Les Mayfield en 1994.

Doris Walker, employé de la chaîne de magasins Macy, cherche désespérément quelqu’un pour jouer le rôle du Père Noël afin d’animer sa boutique pendant les fêtes. Il embauche finalement Kris Kringle, un hurluberlu qui prétend être le vrai Père Noël. Devant le scepticisme de son employeur, mais aussi de la petite fille de celui-ci, Susan, Kris décide d’aller au tribunal pour apporter publiquement la preuve de son identité.

Dans le rôle du Père Noël, on retrouve Richard Attenborough, interprète du créateur de Jurassic Park et réalisateur de “Ghandi”.

4. The Muppet Christmas Carol (Noël chez les Muppets) (Brian Henson, 1992)

 Parmi toutes les nombreuses adaptations du roman de Dickens : “A Christmas Carol” (“Un chant de Noël”), nous craquons pour celle, hilarante, des célèbres marionnettes créée par Jim Henson. Ce film vous mettra illico dans l’ambiance des Fêtes. Dans le rôle de l’avare Ebenezer Scrooge, on reconnaîtra le toujours parfait Michael Caine.

3. Home alone (Maman, j’ai raté l’avion!) (Chris Colombus, 1990)

Ce film de Noël met en vedette le jeune Macaulay Culkin. Il relate les aventures de Kevin, un petit garçon que sa famille oublie malencontreusement à la maison. Les parents se rendent compte de leur “oubli” alors qu’ils sont dans l’avion à destination de Paris. Kevin passera donc quelques jours seul chez lui et devra se défendre contre deux cambrioleurs pas très futés qui ont décidé de dévaliser la grande maison.    La comédie familiale de Noël par excellence!

2. Le Père Noël est une ordure (Jean-Marie Poiré, 1982)

Le soir de Noël, Pierre et Thérèse s’apprêtent à assurer la permanence téléphonique parisienne de “SOS-détresse-amitié”. Débarquent alors des personnages marginaux farfelus qui provoquent des catastrophes en chaîne : une jeune paumée, son ami et un travesti.

Adapté de la pièce à succès éponyme, ce film de l’équipe du Splendid fait l’objet d’un véritable culte!

À sa sortie en salles, le film fut boycotté par la RATP qui refusa de louer des panneaux publicitaires pour l’affiche en raison de son titre provocant. Certains cinémas ont ajouté diverses mentions sur leurs affiches : “Le père Noël est une ordure… pas le vrai!” ou encore “Le père Noël est… presque… une ordure.” Dieu merci, l’équipe de comiques a opté pour ce titre-ci. Car à la base, ils avaient choisi comme titre :  “Le Père Noël s’est tiré une balle dans le cul”! Les puritains et âmes sensibles ne s’en seraient jamais remis!

1. A Nightmare before Christmas (L’étrange Noël de Mr Jack)(Henry Selick, 1993)

Et enfin, notre film de Noël préféré! Un petit bijou d’animation, d’humour macabre et de poésie réalisé par Henry Selick (d’après une histoire originale de Tim Burton) sur une musique de Danny Elfman.

Jack est le roi des citrouilles de la ville Halloween. Un beau jour, il découvre la ville de Noël et décide de célébrer lui-même cette fête étrange. Il décide tout simplement de kidnapper le Père Noël et de le remplacer par ses amis qui, au contraire du Père Noël, sont terrifiants.

Tim Burton devait initialement réaliser le film mais a été retenu par le tournage de “Batman : le Défi” et n’est resté que quelques jours sur le plateau du tournage, confiant la tâche à Henry Selick. La réalisation s’est étendue sur un peu plus de trois ans. A noter que par la suite, Selick réalisera deux autres purs chefs d’œuvre : “James et la Pêche géante” (d’après un conte de Roald Dahl) et surtout le vertigineux “Coraline” (d’après une histoire de notre chouchou, Neil Gaiman)

 

A présent, installez-vous en famille au pied de votre grand sapin illuminé et bon visionnage! Joyeux Noël à tous!

Cinenews.be Où trouver une séance ?